CITATIONS INTEMPORAIRES

joblard jean-marc royon« Tentative de micro sieste pendant la dernière à Chalon ! Gros succès !!!! »


Père-Lachaise. J’évite de prendre ça comme un signe avant-coureur de mes déboires à venir et je passe le grand porche du jardin des allongés. Je vous passe la description romantique du quartier, du buste de Morrison et de la quéquette polie de Victor Noir. Je suis pas marchand de cartes postales. La seule tombe que j’aime ici, c’est celle de Desproges. Une chaînette autour d’un rectangle de graviers, un nom, deux dates. La vérité brute de la mort, nette comme un doigt dans le cul. Elle me fait rire, la tombe de Desproges. Elle me fait du bien. »


Les enveloppes à fenêtre, ça n’ouvre que sur des emmerdes ! »


C’était son mot ça, « percer » dans le chaud-bise, comme un furoncle. »


Deux ou trois plaquettes en faux bois dispensent des maximes pleines de bon sens populaire comme : Le crédit est mort, le mauvais payeur l’a tué… N’engueulez pas le patron, la patronne s’en charge… ou encore : L’alcool tue lentement, tant mieux on n’est pas pressé ! »


Steinbeck y t’emmerde ! Céline y t’emmerde ! Hemingway, Miller, Giono, Joyce, la littérature mondiale t’emmerde et pour finir, moi aussi je t’emmerde ! »


Le véritable cauchemar Joblard, c’est que tu ne crèves pas. »


Une de ces lopes à qui on donne des tapes dans le dos en lui payant à boire pour qu’il égaie à ses dépens la sinistre réunion des solitudes dégoulinant le long du zinc. »


On met pas les gens en taule parce qu’ils sont alcoolos et cocus ! Le pays n’a quand même pas décliné à ce point-là ces dernières années! On regardait ailleurs ou quoi ? »


joblard jean-marc royon

« Qu’est-ce qu’on a foutu, Étienne, pour salir l’amour à ce point ? Est-ce que tout ce qui est beau doit fatalement être détruit ? Pourquoi c’est si dégueulasse qu’un jour nous n’avons plus envie d’aimer ? »